• Dico
  • Anagrammes
  • Rimes
  • Tout
×
+
×

Rercherchez aussi dans :

  • Phrases
  • Textes
  • Profils
  • Terminaison

Vous êtes complètement perdu(e) sur ce site ? Lisez ceci.

plutôt qu'une pub, eXionnnaire vous offre ce pan BISTRE

Jaune ~ Histoire d'une couleur

Jaune ~ Histoire d'une couleur

Présentation

L'historien Michel Pastoureau nous raconte l'histoire occidentale du jaune.

Jaune, l'histoire du déclin d'une couleur, pourtant quasi sacrée dans l'Antiquité.

Un long déclin que rien n'aura arrêté, pas même la valorisation du jaune par la science, laquelle l'a promu au rang de couleur primaire (de la synthèse soustractive).

Le jaune aura été victime de tous les vices auxquels on l'a associé. Victime aussi de la concurrence de sa propre nuance - prestigieuse - le doré.

Jaune, couleur ô combien paradoxale.

Définition du vocabulaire peu courant

71 citations
|
<< Page >>
23
Sur les murs des cavernes […] les pigments noirs sont à base de charbons végétaux ou d'oxyde de manganèse ; les jaunes proviennent de terres argileuses riches en ocre.
n.m.
  1. …▼
  2. Dioxyde de manganèse : composé chimique utilisé comme pigment noir. champ : noir
ARGILEUX, EUSE
adj. Qui contient de l'argile ; qui ressemble à l'argile.
26
Les plus anciens témoignages de jaunes fabriqués par l'être humain sont donc ces pigments à base de d'ocre ; longtemps ils sont restés les seuls.
  1. n.f. Terre argileuse colorée par de l'hématite (ocre rouge), de la limonite (ocre brune) ou de la goethite (ocre jaune).
  2. n.m. …▼
  3. adj.inv. …▼
  1. adj. …▼
  2. n.m.
    1. …▼
    2. « Matière minérale, végétale ou artificielle qui a une couleur jaune et qui sert à teindre ou à colorer en jaune. » dixit Académie 8
  3. adv. …▼
27
La gaude, grande plante herbacée qui pousse sur de nombreux terroirs, est en Europe, de l'Antiquité jusqu'au XIXe s., la principale plante utilisée pour teindre en jaune.
n.f. #Teinturerie Plante tinctoriale (du genre des résédas) donnant un colorant jaune. Taxon : Reseda luteola
  • GAUDE
28
Les céréales, l'huile, le miel, la cire, tous produits dont le jaune restera la couleur emblématique jusqu'à nos jours.
n.f. « Substance jaunâtre produite par les abeilles et avec laquelle ces insectes composent les alvéoles où ils déposent leur provision de miel et élèvent leur progéniture. » dixit Littré
29
Les hommes et les femmes de la préhistoire ne semblent pas avoir été intéressés par l'or, absent des tombes et des dépôts votifs.
VOTIF, IVE
adj. Relatif au vœu (promesse faite à une divinité).
n.f. « Histoire de l'homme avant les temps où l'on a des documents ou traditionnels ou écrits. » dixit Littré
29
Au chalcolithique (âge du bronze) […] l'or non seulement est de plus en plus présent dans les sépultures, mais il commence à être offert aux dieux puis thésaurisé.
v.tr. Amasser (des richesses) sans dépenser.
  1. n.m. Préhistoire « Période préhistorique de transition entre le Néolithique et l'âge du bronze. » in Wiktionnaire - licence CC 3.0.
  2. adj. …▼
29
Dans les rivières, [l'or] se présente en fines parcelles (paillettes), ailleurs en masses plus ou moins grandes, dépourvues de gangue et faciles à extraire (pépites).
n.f. Enveloppe naturelle d'une pierre précieuse.
n.f. « Morceau d'or natif plus grand qu'une paillette, détaché de sa gangue et roulé par les eaux. » dixit Académie 8
n.f. « Parcelle d'or qu'on trouve dans le sable de quelque rivière. » dixit Littré

Informations

La couv' (en haut de la présente page) et les numéros de page (ci-dessus) ne correspondent pas à la même édition de Jaune. Histoire d'une couleur.

Les numéros de page correspondent à la version poche (parue chez Points en 2022) :

ÉditeurPoints
ISBN978-2-7578-9221-3
Date de parution2022
Nb pages188

La couv' correspond à version beau livre (parue chez Seuil en 2019) :

Date de parution2019
ÉditeurSeuil
AuteurMichel Pastoureau

Quelques remarques en vrac

Le jaune compte parmi les plus anciennes couleurs que l'homme a fabriquées pour peindre (notamment grâce à l'ocre).

Comment la couleur, longtemps associée uniquement à un objet matériel (p. ex. une fleur jaune), est-elle devenue une abstraction (p. ex. le jaune) ? La liturgie et l'héraldique ont joué un rôle. Michel Pastoureau rappelle que les premiers codes de couleurs pour les vêtements liturgiques remontent à la naissance des armoiries. Liturgie et héraldique ont cela en commun qu'elles ne connaissent qu'un nombre limité de couleurs (et que les nuances ne comptent pas). Mais l'héraldique prend en compte le jaune. Dans le langage héraldique, on dit "or" pour jaune, c'est qui est plutôt prestigieux pour la couleur jaune.

Une même pierre peut avoir différentes colorations. Ainsi, dans les textes anciens, parler d'or n'implique pas forcément la couleur jaune.

L'or a pu être considéré comme une lumière matérialisée, d'essence divine donc, d'où sa présence dans des lieux de culte.

Michel Pastoureau rappelle que l'or a aussi des mauvais aspects. Il symbolise notamment la convoitise, la cupidité etc.

La symbolique du jaune est tardive. Absente de la liturgie, peu mentionnée par les Pères de l'Église et dans la Bible (alors que l'or y est omniprésent).

Toutes les couleurs sont ambivalentes. Mais au Moyen Âge, le jaune n'est associé qu'à des vices, sauf quand il est associé à l'or. Michel Pastoureau avance plusieurs hypothèses pour comprendre ce désamour du jaune. L'une d'elle implique la notion de colère, grave péché selon l'Église et que la médecine d'alors explique par un excès de bile, laquelle est jaune. Or, la bile des animaux, c'est le fiel - il y a un lien phonique évident entre fel (fiel) et felon (cruel, perfide - qui a donné "félon").

Michel Pastoureau se demande dans quelle mesure l'iconographie (p. ex. représenter un traître habillé en jaune) a influencé les usages quotidiens. Force est de constater que si le jaune a pu être volontiers porté par les Toscanes au milieu du XIVe s. (d'après des inventaires de notaires), deux siècles plus tard ce n'est plus le cas, en Toscane et nulle part ailleurs, et ce ne sera plus jamais le cas. L'image de Judas vêtu de jaune a joué un rôle dans la dévalorisation de cette couleur (Michel Pastoureau doute que dans les villes d'Occident les juifs aient souvent porté des habits jaunes ; l'iconographie aurait amplifié le fait que certains juifs portaient la rouelle - insigne jaune discriminatoire). À propos des marques discriminatoires, rappelons qu'au Moyen Âge une partie non négligeable de la population devait en porter : celles et ceux qui exerçaient une profession dangereuse ou déshonnête (bourreau, chirurgien...), les condamnés, les infirmes et bien sûr les non-chrétiens (au premier rang desquels les juifs). Mais les usages varient avec le temps et le lieu. Concernant la prostitution, rappelons que les villes n'ont jamais su trop comment s'y prendre avec les prostituées : faut-il les cacher ou au contraire leur imposer de porter un signe ostensible pour les distinguer des "honnêtes" femmes ?

Pour enfoncer le clou, la couleur jaune aura ensuite subi de plein fouet la chromophobie des réformateurs protestants ; le jaune, une couleur pas assez austère à leur goût.

La réputation négative du jaune explique sa rareté dans l'art, la culture matérielle (habillement, mobilier) et les symboles. Curieusement, cela ne changera jamais, malgré la promotion scientifique du jaune au XVIIe s. Le jaune est l'une des trois couleurs primaires de la synthèse soustractive, avec le bleu (ou cyan) et le rouge (ou magenta).

Michel Pastoureau s'interroge sur l'absence dans la langue du mot "jauneur" (et "bleueur"), alors que les quatre autres couleurs principales ont engendré noirceur, blancheur, rougeur, verdeur. Le jaune et le bleu ont acquis leur statut de couleurs plus tard que les autres, ceci explique peut-être cela.

« À partir du XIIIe s., la symbolique du jaune se dégrade fortement et évoque tour à tour l'envie, la jalousie, le mensonge, le déshonneur et la trahison. »

Michel Pastoureau évoque la naissance de la couleur orange (longtemps considérée comme une simple nuance), au Moyen Âge.

Michel Pastoureau rappelle que Van Gogh a souvent été trahi par l'instabilité de la couleur jaune, du moins à cause du pigment qu'il utilisait (le jaune de chrome, moins stable mais meilleur marché que le jaune de cadmium).

Michel Pastoureau rappelle que le beige aura connu une grande promotion au XXe s. (gagnant son statut de couleur à part entière ; il n'est plus une simple nuance), peut-être favorisé par le rejet du jaune. Rejet à la ville seulement, car au sport et à la plage, le jaune prend sa revanche !

Michel Pastoureau rappelle que si le jaune est boudé, c'est seulement en Occident. En Asie, il est très présent sur les vêtements et les étoffes. En Chine, c'était même la couleur impériale.

Ajouter un
commentaire
Évaluer cette page
1 2 3 4 5
¿ Votre prochaine étape ?
Une route qui se sépare en deux
un mot ?Flèche
  • JAUNE
une tonalité ?Flèche
  • Dico jaune
  • 62 mots
Mot illustré
par une peinture

Quoi de beau
sur eXionnaire ?

La définition du mot DÉFRAÎCHIR a été remaniée.17/04/2024
Le mot DHOLE a été illustré par une image.17/04/2024
Le mot BREJNÉVIEN a été ajouté.17/04/2024
Le mot ELIERENT fait le buzz !17/04/2024
Aujourd'hui, on fête les Anicet.17/04/2024
Une flexion : NETS17/04/2024
Reboulution a joué la partie Mercredi 31 janvier 2024.16/04/2024
?